Un Plan de transition de « prendre soin » des gens et de la terre-mère
Un plan de relance à incruster immédiatement dans la lutte pandémique

covid-19 HM distribution nourriture


Le journal La Presse du 10 mai titrait « Le Québec en septième place au monde pour les morts quotidiens »... en chiffres absolus parmi les autres pays et non pas par habitant. La donnée cumulative par habitant est encore moins rassurante. Le 16 mai, le Québec cumulait 41 décès covid-19 par cent mille habitants selon La Presse. Selon The Economist, seulement cinq pays faisaient pire : Belgique (78), Espagne (59), Italie (52), Grande-Bretagne (51), France (42). À noter la Suède (36) qui a opté pour une stratégie d'immunité de masse alors que les autres pays scandinaves sont tous à moins de dix tout comme l'Allemagne. Les ÉU sont à 28 et le Canada sans le Québec à 8. Si on examine la pente non logarithmique de ces courbes (Our World in data), seules celles de la Suède, de la Grande-Bretagne, des ÉU et du Québec (déduite à partir de celle du Canada avec le Québec) sont ascendantes. Pour Montréal-Laval, c'est 110 par 100 000 habitants soit plus de 0,1%.


Pour lire le
texte complet :

Un plan de relance à incruster immédiatement dans la lutte pandémique



Le Québec : Un des pires cas au monde, mais toujours confiant envers la CAQ
Résultat : Aucun des projets de relance ne rompt avec le capitalisme

covid-19 -- combat boxe

"Première ronde: après la covid-19, la crise climatique"



Dès le début avril, le gouvernement de la CAQ au Québec, procédant plus franchement, formait un comité ministériel pour la planification de l’après-crise composé des quatre ministres chargés des ministères économiques (Finance, Économie, Conseil du trésor, Emploi). « François Legault promet que l’environnement ne sera pas sacrifié dans le plan de relance économique qui se prépare en coulisse. Mais il n’a pas cru bon faire de place aux ministres de l’Environnement et de l’Énergie dans son escouade ministérielle formée des quatre hommes (pas une femme, vraiment ?) qui s’occupent de l’économie, et juste de l’économie. » (François Cardinal, Après la COVID-19 : reconstruire… en mieux (2), La Presse +, 16/04/20). Ce serait croire au Père Noël s'imaginer que les propositions des ces messieurs aboutiront à autre chose que le statu quo plus la promotion de l'auto hydroélectrique et quelques grands projets pharaoniques de transport collectif surtout aérien et un peu sous terre abandonnant la terre ferme à la dominance de l'auto solo à qui on donnera en cadeau le troisième lien à Québec. 


Pour lire le
texte complet :


Le Québec -- Un des pires cas au monde, mais toujours confiant envers la CAQ



L'appui critique Solidaire à la gestion pro-entreprise de la pandémie par la CAQ
L'envers de la médaille : la dictature «temporaire» de l'aile parlementaire

Zoocide est écocide


De conclure une militante Solidaire qui a participé à la première « école buissonnière » avec les deux député-e-s de Québec du parti portant sur la gestion des résidences de personnes âgées : « 
Je pense que le mot d'ordre est de ne pas trop faire du bruit. Quand la situation va aussi mal, notre devoir est de parler. » C'est là un condensé lucide de la politique d'union sacrée du parti vis-à-vis la CAQ, politique qui persiste malgré sa gestion catastrophique qui en fait de loin la pire province canadienne ce qui ne l'empêche pas d'être la championne parmi les provinces de la ré-ouverture « économique » dont le fer de lance est celle scolaire (voir Le débat sur la ré-ouverture scolaire sur fond de ré-ouverture économique – L'« économie » est clairement gagnante mais le peuple travailleur l'est-il ?, Presse-toi-à-gauche, 28/04/20).


Pour lire le
texte complet :

L'envers de la médaille  la dictature «temporaire» de l'aile parlementaire


Le débat sur la ré-ouverture scolaire sur fond de ré-ouverture économique
L'« économie » est clairement gagnante mais le peuple travailleur l'est-il ?

jardins-jeunes-2020-1


En Europe occidental comme aux ÉU et au Canada-Québec, le débat du jour concerne la ré-ouverture économique, particulièrement celle scolaire. Règle générale, plus un gouvernement est de droite, plus il est pressé. Certains de droite extrême ne sont jamais passés au confinement en tout (Brésil) ou en partie (États-unis). Ajoutons à ce dernier groupe l'étonnante Suède dotée d'un gouvernement dit de gauche-vert soutenu par la droite afin de bloquer la droite extrême... pour mieux appliquer la politique pandémique de cette dernière ! Ce n'est pas un hasard si au Canada, la Saskatchewan et le Nouveau-Brunswick sont à l'avant-garde de la ré-ouverture... mais l'Ontario retarde la ré-ouverture annoncée de ses écoles jusqu'au 31 mai. Soulignons cependant les premiers de classe (Corée du Sud, Taïwan, Nouvelle-Zélande, Vietnam) dont la rapidité de réaction et la politique de traçage agressif avec confinement des seuls malades et malades potentiels ont pu leur éviter un confinement généralisé... mais peut-être pas une deuxième vague dévastatrice tout dépendant de leur réponse à venir.


Pour lire le
texte complet :


Le débat sur la ré-ouverture scolaire sur fond de ré-ouverture économique


Pour résoudre la catastrophe de la gestion des résidences pour aînées
Réquisitionner les grandes entreprises pour produire le matériel protecteur


covid-19 soin à personne âgée

Le parti parlementaire Solidaire, pour tenter de renouer avec sa base militante mais sans réactiver virtuellement les structures normales du parti ce qui l'obligerait à rendre des comptes, invite à une « 
période de question » virtuelle qui demande aux membres si « le système de santé québécois était bien préparé à affronter la pandémie, et ce qui aurait pu être fait différemment. » Les gens de bonne volonté connaissent la réponse à la première partie de la question. Reste la deuxième partie.


Pour lire le
texte complet :

Pour résoudre la catastrophe de la gestion des résidences pour aînées



Avec l'union sacrée, Québec solidaire s'enfonce dans le parlementarisme
Sa militance, si elle se secoue, peut encore le ramener à l'anticapitalisme

Nous vaincrons


Quand un militant me communique que la politique de Québec solidaire consiste, au nom du réalisme, à « atténuer » les effets désastreux du capitalisme néolibéral mais elle « ne réclame jamais des changements radicaux », il met le doigt sur le bobo. Cette stratégie qui paraît à première vue se rapprocher du but, soit une société d'égalité, de liberté, de solidarité et écologique, nous en éloigne. Parce que le capitalisme réellement existant ne cesse de s'enfoncer dans ses contradictions menant à plus de pauvreté, d'inégalités, d'autoritarisme au point de plonger l'humanité dans une crise existentielle cristallisée dans la crise climatique et celle de la biodiversité ce que dramatise l'actuelle pandémie. Pour employer un cliché, cette stratégie consiste à trouver une meilleure chaise sur le pont du Titanic. Pourquoi alors persister à être membre de ce parti et à y militer ? La militance sociale ne suffirait-il pas ? Ou encore militer dans ou fonder un autre parti ?

Pour lire le
texte complet :

Avec l'union sacrée, Québec solidaire s'enfonce dans le parlementarisme

Comment la CAQ a transformé ses « anges gardiens » en anges de la mort
Québec solidaire ignore tant l'hécatombe que l'alternative

covid 19 - Fleurs devant CHSLD


Il y a ces aînées qui meurent laissées pour compte si ce n'est seules et sans soins adéquats, confinées bien souvent dans des chambres à deux ou à quatre qui témoignent de leur « richesse », dans les CHSLD et les résidences privées. Et puis il y a les banques et transnationales qui tout en se gavant des centaines de milliards $ de soutien gouvernemental, surtout hors budget pour ne pas ça paraisse et sans aucune contrepartie alors que pourtant leur socialisation serait l'issue logique, persistent à hausser l'endettement du prolétariat et des petits locateurs et commerçants sous prétexte de pelleter en avant leurs paiements de fins de mois. Entre les deux, dans ces mouroirs, il y a les travailleuses exténuées et débordées de plus en plus touchées par la covid-19 et que l'État force à travailler même à risque ce qui les transforme malgré elles en vecteurs de la maladie. L'infâme capitalisme néolibéral se transformant en capitalisme autoritaire ordonne à ces « anges gardiens », dixit le paternaliste Premier ministre, de se transformer en anges de la mort. Et partout parmi les morts, parmi les travailleuses sur la ligne de front et autres services essentielles, parmi les gérantes du chaos du confinement ou de sa solitude, des femmes, encore des femmes, toujours des femmes.


Pour lire le texte complet :

Comment la CAQ a transformé ses « anges gardiens » en anges de la mort-1


Un programme de soutien sur mesure pour les banques et grandes entreprises
En découlent médecine de guerre, appauvrissement, insécurité, répression


Ne prenez pas notre futur

La politique Solidaire vis-à-vis les fins de mois de loyer et de paiements hypothécaires ne fait qu'égratigner le capital financier tout en abandonnant les locataires à l'endettement (https://www.lequebecois.org/debut-avril-la-crise-pandemique-se-presente-sous-forme-de-deux-mini-crises/). Sur le site du RCLALQ on peut lire « Sans une aide aux locataires, le RCLALQ exige l’annulation des loyers » tandis que le groupe AVAAZ-Canada fait signer une pétition réclamant de « suspendre les paiements des loyers et des mensualités de crédit pour toute la durée de la crise ». Et que dire de la campagne de gel de loyers que QS n'a pas appuyée. QS pourrait au moins s'élever à ce niveau alors que même l'éditorial du Devoir signale que « [l]a presse à billets roule à fond [et qu'] Ottawa devrait être beaucoup plus exigeant à l’endroit des banques. » On voit le déluge de billions $ aux ÉU et de centaine de milliards $ au Canada affluer dans leurs coffres sous forme masquée hors budget de baisse de taux d'intérêt de base, de facilités de financement en cas de manque de liquidités, de garanties sur leurs prêts, ce qui est bien illustré par cette caricature ci-haut du Globe and Mail qui a le sens de l'auto-dérision s'exprimant en plein jour tellement la gauche est à plat ventre devant le paternaliste État fort. On désespère du manque d'épine dorsale de notre aile parlementaire décidément amollie par le crétinisme parlementaire.


Pour lire le texte complet :

Un programme de soutien sur mesure pour les banques et grandes entreprises


Début avril, la crise pandémique se présente sous forme de deux mini-crises
La gestion pro-entreprise de l'État non contestée par Québec solidaire

covid-19 fat cat


La maxi-crise de la pandémie se décline en ce moment (3 avril) en deux mini-crises, celle des paiements de fin de mois et celle du manque criant de produits sanitaires. À ces deux mini-crises, il y des réponses néolibérales et anticapitalistes. Celle néolibérale des gouvernements, qui ne sont pas au Québec et au Canada, réactionnaires comme la présidence étasunienne tendant à nier ou minimiser la réalité, est d'appeler au bon vouloir et à la bonne conscience des banques, des propriétaires-locateurs grands et petits pour accorder des délais cas par cas aux ménages populaires incapables de boucler les fins de moi.


Pour lire le texte complet :

Début avril, la crise pandémique se présente sous forme de deux mini-crises


La négociation du secteur public : Cumuler maintenant un capital de sympathie
Pour une dramatique hausse budgétaire vers une société de prendre soin

FSSS - assez surcharge


Le comité exécutif du Syndicat des employé-e-s du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (SÉCHUM), un des syndicats les plus combatifs du secteur public, s'est prononcé contre « [l]a proposition syndicale de la CSN qui prévoie des ajustement salariaux, [...pour] passer au travers la crise du Covid-19 [… qui] sont cependant moindre que nos demandes initiales [… et aussi] contre la proposition de la CSN d’une suspension de 18 mois des négociations » comme aussi le veulent la FTQ et la CSQ mais non l'APTS et la FIQ. Il semble cependant que toutes les centrales ont répondu au désir de la CAQ d'une négociation immédiate. Après sa première décision sensée de remettre la négociation après la pandémie, la CAQ a soudainement réalisé que le paroxysme de la négociation, la grande affaire de son mandat pré-pandémir, coïnciderait probablement avec la prochaine période électorale. C'est là un risque politique pour un gouvernement qui se confronte à plus d'un demi-million d'électrices et leurs familles d'où l'échéance de trois ans post-électoral mais plus courte que le cinq ans habituel pour encourager les centrales à considérer un règlement hâtif comme une simple partie remise.


Pour lire le texte complet :

La négociation du secteur public -- Cumuler maintenant un capital de sympathie


L'Empire contre-attaque : l'économie d'abord, la santé publique ensuite
Billions $ pour ou sous le contrôle des entreprises et quarantaine courte

covid 19 banderole balcon

Le patronat prend le contrôle du soutien gouvernemental au prolétariat
Quant au plan canadien, l'aide à l'entreprise se retrouvant essentiellement hors budget, ce qui explique, ou plutôt expliquait, sa relative modestie en proportion du PIB surtout si on exclue la part de 50% de délais fiscal de trois mois. Cette caractéristique a provoqué la frustration des PME qui ont tenté, avec l'appui du Bloc québécois, de prendre le contrôle de la distribution du soutien aux sans travail en invoquant une bien réelle inefficacité gouvernementale et un bris du lien d'emploi ce que désirent tout à la fois le patron pour la reprise de ses affaires et le prolétariat par insécurité. Leurs vœux furent plus qu'exaucés pour la plus grand joie de la Fédération des entreprises indépendantes quand le gouvernement fédéral leur accorda un rétroactif programme de subventions couvrant 75% des salaires, et non plus 10%, plus un programme de prêts sans intérêts de 40 000 $ par entreprise dont le quart éventuellement non remboursable, ce qui rallonge de 95 G$ la plan initial de 107 G$.


Pour lire le texte complet :

L'Empire contre-attaque -- l'économie d'abord, la santé publique ensuite


Une lutte anti-pandémie pro peuple-travailleur qui fait payer le capital
Une planification mobilisatrice de rationnement-réquisition et de soutien

« [L]a mise en quarantaine est un privilège pour ceux qui ont les moyens et une angoisse pour ceux qui n’ont rien. »

Jean-François Nadeau, Le Devoir


covid-19 -- femme au balcon


L'ampleur que prend la pandémie en Europe occidental et la désinvolture de sa gestion aux ÉU annoncent la suite des choses au Québec-Canada étant donné la ressemblance socio-économique et la proximité géographique et économique. Sans compter ce qui s'annonce dans les pays du Sud au système de santé non pas austérisé mais catastrophé. On apprend que Cuba et la Chine envoient de l'aide médicale et matériel à certains pays débordés comme l'Italie ou dépourvus comme l'Éthiopie. On appelle ça de l'internationalisme peu importe les intentions intéressées, les canaux empruntés et le type de régime sous-jacent sur lesquels bien sûr on ne doit pas se taire. (On doit saluer les quelques PME, et même les grandes entreprises s'il y en a, qui prennent les devants pour produire des produits sanitaires et médicaux manquants, faute d'initiative gouvernementale, surtout quand elles le font en renonçant à tout profit et sans arrière-pensée de marketing.)


Pour lire le texte complet :

Une planification mobilisatrice de rationnement-réquisition et de soutien


Québec solidaire et la pandémie : un suivisme à peine critique de la CAQ
Rater l'occasion de promouvoir dès maintenant l'alternative pro-climat


La planète est malade

Dans sa lettre aux membres du 20 mars, la porte-parole du parti se vante d'avoir influencé le Premier ministre caquiste grâce à ses liens personnels avec lui. On peut certes admettre que QS ait servi de canal de transmission, un parmi d'autres, pour inviter la CAQ à prendre ou corriger certaines mesures. L'accès (problématique) à un numéro de téléphone central est une pratique très répandue. Idem pour plusieurs moratoires concernant des organismes directement contrôlés par l'État, comme la Régie du logement et Hydro-Québec, ou encore la nécessité d'obtenir un billet de médecin... quoique ignorée par des gestionnaires du CIUSSS de la Capitale-Nationale. On se réjouit de l'extension marginale du service de garde. On peut penser que le très nationaliste Premier ministre, sous pression des gens d'affaires concernés, n'a pas dû se faire tirer l'oreille longtemps pour inciter à acheter local... sans obligation. Obtenir, comme le fédéral et l'Ontario, le report du remboursement des prêts étudiants démontre plutôt l'affaiblissement du mouvement étudiant depuis 2012.


Pour lire le texte complet :

Québec solidaire et la pandémie -- un suivisme à peine critique de la CAQ


Québec solidaire : ''La santé publique passe avant la politique'' alors qu'elle l'est
Se lève la critique du peuple travailleur contre le « père » de la nation

entraide

Québec solidaire n'avait-il pas aussitôt « garanti au premier ministre sa pleine et entière collaboration » en proclamant que « [l]a santé publique passe avant la politique » qu'il devait se renier, sous la pression de plusieurs de ses membres et de la militance du logement, pour dénoncer publiquement la Régie du logement qui voulait poursuivre les expulsions durant le temps du confinement. Ce n'était que le début du commencement de la résistance populaire à la politique anti covid-19 de la CAQ et des Libéraux fédéraux à l'encontre du Premier ministre Legault qui tente de se camper comme le père protecteur de la nation alors que que le Québec n'en est qu'au début de la progression de la courbe exponentielle de la covid-19. Le faible nombre de cas confirmés ne reflète en rien la réalité mais la paucité de la quantité de tests effectués et confirmés dont le processus est au départ englué dans le goulot d'étranglement du système téléphonique de référence. Pourtant ces tests et leur suivi sont cruciaux pour la suite des choses (New York Times : 9 essential Lessons on Fighting Coronavirus From Around the World, 20/03/2020).


Pour lire le
texte complet :

Se lève la critique du peuple travailleur contre le « père » de la nation



La crise économique dont la crise de la covid-19 est le déclencheur
Une transition possible vers une économie pro-climat de « prendre soin »

covid-19 tente soin


Le mot 'crise' s'écrit en mandarin par deux signes signifiant 'danger' et 'opportunité'. En Chine pour les deux premiers mois de l'année, « la production industrielle s'est contractée pour la première fois en près de 30 ans tandis que les ventes de détail se sont effondrées » (Radio-Canada, 16/03/20) ce qui annonce sans doute une crise économique mondiale de grande ampleur sur fond d'une économie qui était déjà en panne. On connaît le remède du capitalisme néolibéral appliqué il y a une douzaine d'années : sauver le capital (financier) en infligeant une austérité permanente au peuple travailleur. C'est là le danger. Si la dernière fois, le déclencheur a été un effondrement de capital fictif basé sur le crédit hypothécaire au prolétariat étasunien le plus pauvre surtout noir, cette fois-ci le « cygne noir » est une inattendue mais prévisible pandémie. C'est cette originalité qui en constitue l'opportunité. La bourgeoisie a beau avoir comme priorité le sauvetage de son système comme la dernière fois, elle est contrainte par la pression populaire à littéralement « prendre soin » du prolétariat d'abord.

Pour lire le texte complet :

Une transition possible vers une économie pro-climat

La crise de la covid-19 en est une du capitalisme globalisé et humanocide
La sortie de crise appelle la mobilisation pour la planification démocratique

covid-19 dans un bus


De la « conquête » de la nature depuis la révolution néolithique proviennent les maladies contagieuses portées par les microbes des animaux sauvages, qui s'y étaient accommodés, forcés de s'installer sur nos terres défrichées suite à la destruction de leur habitat (https://www.monde-diplomatique.fr/2020/03/SHAH/61547). Le capitalisme, dernier mode de production en date de l'humanité divisée contre elle-même, a accéléré ce transfert fatidique en détruisant ou en subsumant les modes de production antérieurs dont la base était agricole ce qui supposait quand même une civilisation imbriquée dans la nature aussi humanisée soit-elle. Par contre, le capitalisme rompt avec la nature en la conquérant... croit-il. L'industrialisation de l'agriculture épuisant les sols, polluant les eaux et relâchant massivement des gaz à effet de serre (GES), y compris en amont et en aval, en est la cristallisation. Couronne cette épopée jusqu'à engendrer l’anthropocène, la globalisation capitaliste de tous les secteurs, jusqu'à la brevetabilité du vivant et de l'intellect, de toute la petite production artisanale et agricole détruite, incorporée ou subjuguée, et de tous les coins de pays soumis au talon de fer du libre-échange.


Pour lire le texte complet :
La crise de la covid-19 en est une du capitalisme globalisé et humanocide