Le rebondissement du débat sur les cibles de réduction de GES pour 2030
Le ± 40% du capitalisme vert versus les ⅔ de l'anticapitaliste « prendre soin »



Planète bleue ou bien cuite


Le gouvernement de la CAQ « n’entend pas se doter d’une cible de réduction des émissions de gaz à effet de serre en phase avec les exigences de la science climatique pour l’horizon 2030. Non seulement un tel objectif est ''irréaliste'', mais une transition aussi ''radicale'' serait très dommageable pour l’économie québécoise. » (https://www.ledevoir.com/societe/environnement/572313/climat-pas-question-de-s-aligner-sur-les-recommandations-du-giec-affirme-benoit-charette?) La CAQ compte uniquement sur l'innovation technologique et sa généralisation au rythme de la maximisation du taux de profit et du lent amortissement rentable du capital investi : « En neuf ans, ce n’est pas vrai qu’on peut changer toutes les technologies et mettre en place, de façon crédible, cette transformation. » de dire le ministre de l'Environnement. Pour la CAQ, l'atteinte nettement insuffisante de la cible léguée par les Libéraux, 37.5%, représente un « effort colossal ». On a l'impression qu'est déjà en préparation une reculade à l'image de celle des Libéraux provinciaux qui ont livré en 2020 une réduction de 9% alors qu'ils s'étaient engagé vis-à-vis une cible de 20%.


Pour lire le texte complet :

Le rebondissement du débat sur les cibles de réduction de GES pour 2030


À propos de la culture dite populaire des « chars » et des « ski-doo »
Une culture découlant d'un système imposé d'accumulation consommatrice

motoneige et skis de fond



Récemment Québécor a piégé les porte-parole de Québec en triturant leurs propos pour leur faire dire que le parti s'opposait aux motoneiges, ce que le parti s'est empressé de nier, pour ensuite faire du spin mensonger sur le sujet. Ce comportement immoral fait partie de la guerre médiatique de classe des oligopoles médiatiques contre la gauche. Il est indéniable que tous les véhicules hors route dédiés au loisir populaire, dont des versions existent tant sur terre que sur l'eau que pour toutes les saisons, sont de petits enfers ambulants de pollution de toutes sortes. Non seulement crachent-il des gaz à effet de serre (GES) plus que proportionnellement à leurs poids mais ils font résonner forêts (et lacs) de leurs insupportables pétarades tout en les charcutant au détriment de la faune animalière et à celui des usages authentiquement sportifs et naturalistes. Car ces loisirs motorisés n'encouragent en rien la bonne santé mais plutôt l'obésité et la surdité. Est-ce que ces loisirs motorisés relèvent de choix éclairés et libres du peuple travailleur ?


Pour lire le texte complet :

À propos de la culture dite populaire des « chars » et des « ski-doo »


Manifestation Non à la guerre contre l'Iran
Renaissance du mouvement anti-guerre ou un coup d'épée dans l'eau

Mon album photo : https://1drv.ms/a/s!Aj4UXfoRjr1TjRGblXoVThjTxgnr


Non à la guerre Non à la dictature

Samedi dernier, le 25 janvier, dans environ 75 villes aux ÉU, et dans une vingtaine de pays dont une douzaine de villes au Canada, et à Montréal ont eu lieu des manifestations dans le cadre d'une journée internationale d'action pour clamer Non à la guerre contre l'Iran. La baisse de tension (temporaire ?) dans la guerre, ce qui lui a fait quitter la une médiatique, a sans doute contribué a bas niveau des mobilisations.
À Montréal, la manifestation était appelé par Échec à la guerre et relayée par plusieurs organisations dont Québec solidaire. Y ont participé de 200 à 300 personnes dont une forte proportion de personnes originaires de l'Iran mais aussi d'ailleurs au Moyen-Orient et d'Amérique latine dont le Chili.
On y dénotait une bonne densité de pancartes artisanales et quelques banderoles. La moyenne d'âge y était élevée et plusieurs, m'a-t-il semblé, étaient membres de petites organisations politiques de gauche. Si les pancartes, très bilingues, tant pacifistes que contre l'impérialisme étasunien dominaient, comme il se devait, certaines condamnaient la complicité canadienne sans oublier d'autres qui critiquaient la barbare répression du gouvernement iranien contre son propre peuple. Québec solidaire était peu visible malgré la présence d'un de ses dix députés. La manifestation a été peu médiatiquement couverte sauf pour un média anglophone.
Est-ce un feu de paille ou le début d'une re-mobilisation du mouvement anti-guerre animé par son noyau anti- impérialiste tous azimuts dont l'impérialisme étasunien est certes l'épine dorsale. À ne pas confondre cependant avec l'étroit anti-américanisme aveugle aux barbaries de ceux d'en face car « les ennemis de mes ennemis » qui massacrent leur propre peuple, et ceux qui les soutiennent, ne sont pas « mes amis » .

Indépendance nationaliste ou Indépendance internationaliste ?
Centrisme électoraliste ou radicale société du « prendre soin » ?

Évadez du capitalisme

Au dernier congrès Solidaire, les gestes de «rupture» contenus dans la proposition du Collectif Option nationale (ON) votée haut la main n'ont aucun contenu ni écologique ni social. Ils sont une pure affaire de redistribution unilatérale de pouvoirs existants en faveur du gouvernement québécois. Toutefois, dans leur discours médiatique les porte-parole ont voulu atténuer le caractère purement nationaliste de ces transferts unilatéraux de pouvoir en mettant plutôt l'accent sur des gestes de rupture écologique que pourtant la résolution votée ignore totalement.

Pour lire le texte complet :


Indépendance nationaliste ou Indépendance internationaliste 



Un réalignement d'Ultimatum 2020 sur les négociations du secteur public et le logement social s'ajoutant au transport en commun et à la restauration écologique


Ultimatum 2020 -- banderole

1. Les négociations du secteur public sont la grande affaire du mandat de la CAQ comme parti patronal car cet affrontement pourrait déterminer le rapport de forces fondamental entre la classe d'affaires et le peuple-travailleur

2. Après l'affaiblissement syndical des négos 2010 et 2015 consacrant l'austérité, la CAQ veut infliger une défaite stratégique au mouvement syndical pour dérouler le tapis rouge à la privatisation soutenue par le budget public

3. Cette défaite équivaudrait à celles que Reagan et Thatcher ont infligé aux mouvements syndicaux étasunien et britannique au début des années 1980 afin de mettre en place dans la durée l'ère néolibérale


Pour lire le
texte complet :

Un réalignement d'Ultimatum 2020 sur les négociations du secteur public



Le défi du mandat caquiste: défaite stratégique des syndicats du secteur public
L'opportunité Solidaire: faire de cette lutte syndicale une lutte climatique


Qui sème la misère...


Centrales syndicales et gouvernement de la CAQ se positionnent en vue des grandes négociations du secteur public qui concernent un peu plus d'un demi-million de travailleuses et travailleurs, soit un peu moins de 40% des gens syndiqués et le huitième des gens au travail ce qui fait de cette lutte l'épine dorsale de la lutte sociale québécoise depuis un demi-siècle. Constatons cependant avec inquiétude l'absence de front commun et l'importance quasi unilatérale accordée à la question salariale bien qu'elle fasse bien sûr partie de l'affaire étant donné le recul du pouvoir d'achat dans ce secteur et son retard par rapport à leurs vis-à-vis du Canada. Et nul doute que la vision CSN de l'augmentation absolue et non en pourcentage est à soutenir parce qu'elle favorise les bas salariées et par là la justice sociale et la solidarité.



Pour lire le
texte complet :

L'opportunité Solidaire d'unir lutte climatique et lutte syndicale