Le prochain conseil national introspectif et disciplinaire de Québec solidaire
Un défi pour les démocrates du parti et la militance pour un parti de la rue

QSHM pour sauver un boisé

Pour le prochain conseil national (CN) de Québec solidaire à la fin novembre, l'ordre du jour proposé invite à se concentrer sur la régie interne du parti à l'exception, pour la campagne politique, d'une seule heure sur 1.5 jour de réunion alors que la conjoncture de profonde crise crie pour un plan de relance anti-pandémie et pro-climat sans compter les débats suscités par les mobilisations anti-racistes. Et la majeure partie de cette régie concerne la discipline dans le parti ce qui n'invite nullement à l'approfondissement de la démocratie interne dans le sens de stimuler les débats. On constate aussi que la direction veut prolonger l'expérience des webinaires qui lui avait si bien servi pour mettre en quarantaine la démocratie interne au printemps dernier et qui lui permet un contact populiste et non statutaire à la Podemos avec les membres par-dessus la tête des associations locales et de leur militance. Pour combler la mesure, la direction du parti a réinterprété arbitrairement et étroitement l'amendement voté de la Commission politique, soutenu par cinq ou six associations de circonscriptions, concernant les revendications de la
campagne politique, amendement dont elle a clairement laissé voir au dernier CN qu'elle n'en voulait pas et qu'elle ignore depuis lors.


Pour lire le
texte complet :

Le prochain conseil national introspectif et disciplinaire de Québec solidaire


Luttes autochtones au Canada Chronique d’une occasion manquée de combiner droits autochtones et justice climatique

westuweten chefs traditionnels

La flambée de barrages qui a éclaté au Canada au début de 2020 pour contrer la construction d’un gazoduc traversant des terres autochtones en Colombie britannique a ravivé des luttes de vieille date de communautés qui auraient pu être rejointes, dans leur combat, par tous ceux et celles qui se mobilisèrent massivement quelques mois plus tôt pour la défense du climat. Mais cette quasi-coïncidence des mobilisations ne s’est guère traduite par leur conjonction, alors que d’évidence l’objet de récrimination récurrent des premières nations, l’exploitation de combustibles fossiles, fait figure de principal responsable du réchauffement climatique.

Pour lire le
texte complet :

Bonhomme - Canada - Écorev



Au mouvement Impératif français, vaillant défenseur du français comme langue publique commune, mais vacillant à propos du racisme systémique

Couleur qu'on persécute - bis

Il est impératif de reconnaître le racisme systémique c'est-à-dire que le racisme fait système tout comme le sexisme et l'homophobie. Il ne saurait en être autrement dans une société capitaliste où la compétition de tous contre toutes, exacerbée par le néolibéralisme, pousse les personnes blanches ou les homme ou les personnes hétérosexuelles à utiliser leur avantage inhérent, même si c'est simplement par la passivité, dans le « rat race » qu'il soit pour le statut social ou la simple survie économique. Le racisme individuel conscient ou inconscient et le racisme institutionnel trouvent leurs racines dans le sociétal racisme systémique. Il en est ainsi quelque soit les droits affirmés par les chartes et les lois vite ignorés par le comportement réellement existant des employeurs, prêteurs, locateurs et policiers. Au moins à cet égard la raciste loi fédérale des indiens n'est pas hypocrite !


Pour lire le
texte complet :


Au mouvement Impératif français


Assistons-nous à la normalisation verticaliste de Québec solidaire en tant que parti social-libéral nationaliste, un NPD à la québécoise ?


Honte au Québec


[...]
Honte à Québec solidaire (QS) qui après avoir soutenu la politique pandémique de la CAQ se contente maintenant d'en faire une critique à la pièce après coup. Honte à QS qui défend davantage les intérêts de la PME (et des chasseurs et forestiers en ignorant la lutte des Anishinabés) que ceux du prolétariat. Honte à la direction de QS ignorant le vote de son Conseil national qui, à la suggestion de l'IRIS, le think-tank de la gauche, exige l'embauche immédiat de 250 000 personnes dans les services publics et le communautaire. Ce qui permettrait une politique anti-pandémie alternative grâce à un traçage efficace, du soutien communautaire abondant, suffisant et inventif, et des services publics et programmes sociaux à la hauteur quantitative et qualitative lesquels ne laissent personne derrière.


Pour lire le
texte complet :


Assistons-nous à la normalisation verticaliste de Québec solidaire-bis


Plus 3 000 personnes dans la rue au Québec contre le racisme systémique
Y a-t-il là la masse critique pour une mobilisation à la Black Lives Matter ?


QS-CNA manif Joyce Echaquan


Album de photos : https://1drv.ms/a/s!Aj4UXfoRjr1TjzxAqWplRCAzsRND

L'indignation et la colère étaient à trancher au couteau lors de la manifestation de Montréal réclamant « Justice pour Joyce ». Certaines interventions à la tribune, en particulier celle de Alisha Tukkiapik, inuit co-responsable de la Commission nationale autochtone de Québec solidaire représentée à la manifestation par une modeste délégation, se sont détachées par leur grande intensité confinant à l'exaspération. Y participaient environ trois mille personnes en plus des trois cent personnes de la manifestation de Québec et les cent de celle de Rimouski tel qu'annoncé médiatiquement. Il ne semble pas que ces manifestations aient essaimer ailleurs dans les autres grandes villes du Québec où dans certaines d'entre elles s'étaient déroulées peu avant des manifestations anti-masque. Ces manifestations restent somme toute modestes en rapport avec la grande médiatisation d'un événement particulièrement répugnant par son racisme tranchant provenant non pas de la police mais du secteur de la santé particulièrement redevable au droit à la vie, aux soins et à la dignité.


Pour lire le
texte complet :

Plus 3 000 personnes dans la rue au Québec contre le racisme systémique